InformationsScience & Hytale

Science & Hytale : La Biogéographie ou l’étude des Biomes

En ce deuxième numéro de Science & Hytale, nous nous sommes penchés sur la notion de biomes sous-tendue par la biogéographie. Nous avions déduit dans notre premier numéro, consacré à la taille et quelques autres mesures du joueur, un certain réalisme proposé par le jeu Hytale. Un réalisme, c’est-à-dire que les mesures, définitions et principaux généraux rencontrés dans la vraie vie se retrouvent fidèlement dans le jeu. Par exemple, la taille du joueur ne fait ni cinq mètres, ni vingt centimètres. Elle correspond à une hauteur humaine. De même, l’objectif de cet article est de conclure si oui ou non – dans Hytale – la notion de biome est réaliste.

Introduction : Biogéographie & Réalité

Domaine de l’écologie, et à la croisée de la biologie et la géographie, la biogéographie étudie la manière dont les êtres vivants se répartissent sur la planète. La discipline étudie donc, non seulement les êtres vivants (la biosphère), mais surtout les facteurs qui régissent leur répartition. Nous avons la température, la latitude, l’altitude, les précipitations, l’ensoleillement, les courants d’air (vents) ou d’eau, et le type de sol, d’eau ou de taux d’oxygène.

Comme l’illustre la Figure 1 (à terme, peut-être pourrons-nous dessiner de telles cartes pour Hytale !) pour des Pokémon, chaque type de flore, faune, bactérie et autres peuvent se répertorier en fonction de certains facteurs. Ceux-ci s’étendent, de manière plus ou moins constante, sur des milliers d’hectares. On parle alors de biome. Il est souvent représenté par un paysage atypique façonné par la flore : une forêt d’un type d’arbres, une prairie d’herbes sans arbre etc… Les biomes se divisent ensuite en plusieurs écopaysages, plus régionales, puis écosystèmes et biotopes.

Figure 1 : Répartition de Pokémon (dans l’objectif de guide à Effort Value et statistiques de Pokemon), par Dréanne (lien vers son twitch), sur l’île Ula-Ula aux paysages variés. Derrière ce genre de carte se cachent diverses professions : géomètre, topographe, cartographe…

Des catégories artificielles et humaines ?

Alors que chacun joue de sa classification (Europe, États-Unis, ONG…), on y retrouve néanmoins les mêmes lignes de démarcation, comme basiquement celle entre les biomes terrestres et aquatiques. À ce titre, bien que l’être humain se sente en pleine connaissance de son environnement, nous sommes encore loin de répertorier la diversité du vivant ainsi que la diversité des biomes et paysages aussi grands soient-ils ! Ainsi, l’humain est encore dans le mode aventure du jeu de la découverte. Par exemple, nous catégorisons autant, si ce n’est plus, de biomes terrestres que de biomes aquatiques alors que 71% de notre planète est recouverte d’eau. Curieux, non ?

Figure 2 : Classification simplifiée des biomes. Tous ne sont pas représentés (milieux alpins, méditerranéens, diversités entre forêts conifères et forêts décidues, etc…) ; et certains termes ne sont pas ceux utilisés communément par les géographes, écologistes ou biologistes. C’est le cas de la jungle par exemple ou la classification statique Vs dynamique. Mais ils donnent déjà un ordre d’idée de classification. Si vous voulez en savoir plus, internet est le meilleur outil au monde pour en connaître davantage (cf. sources).

Méthode : Biogéographie & Hytale

À partir de ces précédentes définitions, notre objectif est de savoir si oui ou non, les biomes d’Hytale peuvent être calqués sur les facteurs réels. En clair, si Hytale est un jeu réaliste. La problématique vous parait simple et grossière ? C’est normal. C’est ainsi que la science fonctionne. La plupart des chercheurs se doutent déjà de la réponse. Ils travaillent juste à étayer et renforcer ses suppositions, voire à contredire des partisans pour d’autres suppositions. Et si la surprise intervient, là est toute l’excitation de la recherche !

Pour ceux qui ne sont pas habitués à la méthode scientifique classique, il est toujours plus intéressant de chercher l’inverse de notre hypothèse. De fait, si nous faisons l’hypothèse que les biomes d’Hytale soient réalistes, il est moins coûteux de chercher les exemples qui contre-disent l’hypothèse plutôt que de passer en revue tous les biomes : si un seul biome contre-dit l’hypothèse, alors l’hypothèse est fausse. Ordonnons et sélectionnons intelligemment nos critères en lien avec ce qu’Hytale nous dévoile. Difficile en effet d’interpréter la force du vent par un simple screenshot par exemple. Dans la vidéo qui suit, nous déroulerons les biomes selon les facteurs suivants :

  • Température, latitude
  • Précipitations, humidité, aridité
  • Altitude
Figure 3 : Coupe des différentes Zones d’Orbis

Résultats : facteurs réels & biomes d’Hytale

Discussion et ouvertures

Notre interprétation générale serait que les biomes “fonctionnent” de manière similaire à la réalité. C’est-à-dire en fonction des mêmes facteurs que la réalité. Le fonctionnement et ses interactions sont réalistes. Toutefois, et même évidemment, des biomes exotiques sortis de nulle part feront la patte et le lore d’Hytale. Nous connaissons encore si peu de choses à propos d’Hytale. Pour ne pas vous offrir quelque chose d’une heure à lire, nous avons omis plusieurs éléments. Nous n’avons ni parlé de distribution de la flore, faune, champignons et autres êtres vivants ; ni parlé du type de sol et de géologie, ni parlé de distance et taille des biomes. Peut-être qu’ils feront l’objet d’un autre article détaillé !

Figure 4 : Screenshot du trailer montrant l’étendue d’un biome

Plus loin encore, étant donné des facteurs réalistes retrouvés dans Hytale (température, altitude, etc…), retrouverons-nous d’autres facteurs influençant la définition d’un biome ? Pensons par exemple à la salinité de l’eau, les océans seront-ils salés ? Nous savons déjà que la météo sera dynamique dans Hytale, les tempêtes, vents et l’ensoleillement différeront-ils en fonction du biome ? Y aura-t-il une fonctionnalité similaire à la diminution de  concentration d’oxygène au fur et à mesure que l’on monte en hauteur, ou que l’on plonge en profondeur ? Et justement, des profondeurs, pourrait-on imaginer des courants océaniques comme le Gulf Stream ?

Plus généralement, au vu des champignons diversifiés, maladies et bactéries existeront-elles ? Tout autre chose, faire pousser par exemple un sapin dans un désert semble irréel, et pourtant possible dans Minecraft. Le sera-t-il dans Hytale ? Si toutes ces questions vous intéressent, vous pouvez aussi tenter d’y répondre avec nous, sur notre forum, notre discord ou même postuler pour devenir rédacteur. La science avance avec les contradictions et les autres points de vue. Peut-être pourriez-vous participer à la toute jeune série : Science & Hytale !

Figure 5 : Tentative d’une liste non exhaustive de biomes, résumant nos observations et interprétations
Source
Site officielAntoine Guisan (2018) : Biogéographie, du terrain à la théorieÉtienne Henry (2016) : podcast sur les abysses
Tags

Cleora

Pourquoi lisez-vous ceci ? Je rédige pour mettre en avant les petits et grands aventuriers et créateurs d'Hytale ; pour en savoir plus en ce qui me concerne, il y a le forum ou mon twitter. Car ce qui nous intéresse à vous et moi, c'est Hytale et ses possibilités, pas moi, n'est-ce pas ?

Articles similaires

5 commentaires

  1. Merci pour le retour positif !
    C’est toujours encourageant d’en recevoir, car ça demande pas mal de temps finalement à confectionner ce genre de dossier. 🙂

  2. Exceptionnel dans la rigueur scientifique et le souci des sources

    Tout ça dans un article de pure passion pour un jeu qui n’est même pas sorti,
    Exceptionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer