Informations

Vrais Dieux d’Hytale : Élisée Maurer, Développeur d’Univers

La série « Les Vrais Dieux d’Hytale » retrace chaque personne derrière Hytale. Nous avons précédemment évoqué trois types d’art. Trois métiers différents. Un graphiste et directeur artistique, l’art visuel : Thomas Frick. Un compositeur, l’art sonore : Oscar Garvin. Un technical artist, l’art de s’approprier les contraintes du jeu pour en tirer le meilleur : Propzie. Il nous manque l’art du code. Un programmeur, un développeur de jeu vidéo. Un créateur d’univers entier. Commençons par celui qui était déjà un élément clé à l’équipe d’Hypixel Studios alors même qu’il ne l’avait pas encore intégrée : Élisée Maurer.

Illustration n°1 : constellation des projets d’Élisée Maurer réalisés durant son enfance (1997-2008)

Bricoleur d’une constellation de jeux

Souvenez-vous. Durant notre enfance, certains s’amusaient avec LEGO et autres briques de construction. Les plus récents enfants ont Minecraft ou bientôt Hytale sur l’ordinateur de la maison. Quant aux plus anciens, ils bricolaient des cabanes avec quelques bouts de bois. Élisée, lui, bricolait des jeux avec quelques bouts de codes.

L’idée est la même. Construire un petit chez soi. Un petit monde, que l’on peut partager à plusieurs. Une petite cabane pour donner rendez-vous à ses amis et s’aventurer dans les plus folles histoires imaginaires ! Un petit jeu pour se donner rendez-vous entre amis et se laisser transporter par des inventions plus imagées.

Illustration n°2 : Mes premiers pas en BASIC qu’Élisée Maurer a (longuement) emprunté à la bibliothèque

Tout s’amorça en 1997, par la rencontre avec un petit livre qui initiait à un des langages de programmation : le BASIC. D’ailleurs, à l’époque l’écolier jouait entre autres à WarcraftBlizzard qui berçait un énième futur développeur ! « Je suis tombé dans la programmation de jeu vers 8 ans avec un bouquin rempli de monstres qui faisaient du BASIC, récupéré à l’arrière de la bibliothèque de ma classe de CE2. J’ai toujours eu cette envie de créer des choses et ça ne m’a pas lâché depuis. » (Minecraft.jeuxonline.info ; 2012)

Sur la première image, plusieurs de ses projets sont illustrés par Élisée (dont Falldrop). Tous durant ses périodes scolaires et étudiantes. Parmi ces jeux 2D, il cite par exemple deux inachevés : Rock Sold Rally, Run for Your Pants. Ou encore des jeux multijoueurs tels Project Lockdown ou Poonzers (2008-2009) un World of Tanks 2D avant l’heure :

Assembleur de codes : envelopper sa passion dans un métier

Dix ans plus tard, le BAC en poche, il débarqua à SUPINFO. Une école informatique assez généraliste. De fait, Élisée, de ses années d’expérience, se retrouva dans une formation où l’on apprend les bases de la base. Imaginez-vous réapprendre à lire ? C’est pourquoi, lorsque l’entreprise dans laquelle il faisait son stage lui proposa un poste de programmeur, il sauta sans hésiter sur l’occasion. Du BAC, il a alors passé une année à SUPINFO pour ensuite travailler trois ans (2008-2011) au sein de cette entreprise strasbourgeoise : Creative Patterns.

Illustration n°3 : Quadsmash (2011 ; téléchargeable ici : https://elisee.itch.io/quadsmash)

Il y code notamment pour consoles, smartphones ou Nintendo DS tels TURN : The Lost Artifact ou Léa passion ma boutique de rêve des jeux de gestion ou réflexion. Mais le jeu le plus représentatif de cette période est Quadsmash, sur lequel Thomas Frick a également travaillé. Par la suite, Creative Patterns liquidé, notre jeune programmeur se retrouva sans emploi. C’est de là, qu’il développa non pas un jeu mais son propre job puis sa propre entreprise en 2012 : Sparklin Labs.

Élisée Maurer : Développeur du prochain Minecraft ?

CraftStudio (2011-2013)

Illustration n°4 : Élisée Maurer et Thomas Frick en mode communication pour CraftStudio

Comme il le dit si bien, il aurait très bien pu trouver un emploi stable et bien payé, mais Élisée a préféré l’innovation. À cette époque où le monde cubique de Minecraft dépoussiérait le pixel art, le développeur français imaginait d’aller plus loin dans le cubique interactif. Dans le jeu, on construit malgré la grosseur des blocs. Et si on pouvait tout construire avec des blocs ? Même un programme ou carrément un jeu ?

C’est ainsi que fut né CraftStudio. « Le prochain Minecraft » comme exagérait un article de 2012 (minecraft.jeuxonline.info par Black Lemming) dans lequel Élisée expliquait : « L’idée de CraftStudio a commencé à se dessiner fin juillet 2011. J’avais passé 48 heures de folie sur Minecraft lors d’une LAN quelques mois auparavant, et je voulais aller plus loin, sans attendre que les développeurs créent plus de contenu. »

Si on reprend notre image des cabanes du début d’article, CraftStudio a pour objectif de créer plus facilement sa petite cabane, son propre jeu vidéo de A à Z. Pas besoin de savoir quel bois utiliser ou comment coder. Ici, tout comme dans Minecraft, on pose des blocs ! Que ce soit pour le modeling (modéliser un personnage) ou le scripting (coder les règles du jeu). Alors que le crowdfunding lancé avec Thomas, sur indiegogo.com, grimpe petit à petit vers les 20 000 euros ; en 2013, CraftStudio sort en bêta (interview à des Cubes des Pioches par Grif accompagné de son atelier).

Illustration n°5 : Résumé des étapes de quelques projets entretenus par Élisée Maurer

Superpowers (2014-2016)

Superpowers est en quelque sorte une évolution de CraftStudio, mais plus généraliste et modulaire (interview de Bilou et Élisée à des Cubes et des Pioches 2, 2015). Et puis contrairement à CraftStudio il n’est plus seul à travaillé dessus. Il y a toute l’équipe de Sparklin Labs, dont le développeur Nicolas ‘Bilou‘ Gauthier et le graphiste Pixel-Boy qui l’ont rejoint début 2014. Le plus gros du développement a commencé en Septembre 2014.

Résumons les points centraux de tels outils :

                          • Ludique et accessible pour tous
                          • Puissant : utilisé par les développeurs
                          • Même lieu : modéliser, texturer, coder
                          • Communauté : partages, coopérations
                          • Modifications en directe

Craftstudio et Superpowers font partie de l’histoire d’HMM :
Le point Modding : historique d’Hytale Model Maker (HMM)


HMM : Hytale Model Maker (2016-2019?)

Prenez un monde cubique de génération et construction infinie : un monde de blocs. Parsemez d’une pincée ou deux d’expériences Hypixel en mapping et PVP. Rajoutez-y des détails et éléments de fantasy. Agrémentez le tout d’une histoire interactive croisée par différentes classes et un peu de magie. Déposez le tout sur un fond d’open-source, de création infinie et de partage en communauté par un Live Scripting et surtout Hytale Model Maker : des outils modulaires, de blocs. Pour terminer, servez le tout d’accessibilité et d’outils créatifs telle la création de films. Voilà la recette d’Hytale.

Au tout début, Hypixel Studios utilisait CraftStudio avant d’embaucher Élisée (cf. interview qui suit par Hytalefr.com). On parle encore d’un « prochain Minecraft », mais Hytale est plus que cela, comme ils nous l’ont expliqué dans leur Blog post officiel : Zoom sur Hytale Model Maker

Illustration n°6 : Popularité de Master Of The Grid parmi les streameurs/youtubeurs

‘Enveloppeur’ de cadeaux universels

L’accessibilité. Offrir un lieu d’échange, un lieu de création ou simplement s’amuser. Voilà certainement ce que nous a le plus développer le bâtisseur Élisée. Déjà, durant son enfance – son auto-apprentissage – il sautait de plateforme en plateforme, ou plus précisément de langage en langage informatique en fonction des nouveaux langages stables du moment. Ainsi du BASIC au PHP au collège dans les années 2000, durant lequel il développa par exemple un jeu en ligne TreaSeek, il s’appropria l’évolution de nouveaux outils tels Node.js ou les Websockets qui ont facilité le jeu en temps réel.

Et des jeux directement dans le navigateur, à bout de clic de jouer et d’une communauté ! Il en parle dans la vidéo qui suit (de Juin 2019) dont ses remises en questions. À l’heure actuelle il est en train de restructurer tous ses jeux navigateurs sur une nouvelle plateforme, de manière à ce que ce soit plus esthétique pour lui – côté développement – et pour les joueurs, et plus pratique niveau serveur : JKLM.fun. Car cette plateforme existe déjà (go sur : Sparklinlabs.com !) mais a ses limites comme il l’explique :

Arrangeur d’étoiles : développer son métier vers d’autres passions

Inviter le joueur à sa passion de développer, bâtir, bricoler, son propre jeu. Le partager, à travers divers ateliers – tel celui à des Cubes et des Pioches – et jeux tutoriels comme Sokoban ou plus anciennement sur Youtube : Projet Cataplasm ou un jeu de tir. Mais aussi le partager entre passionnés durant des game jams (Global Game Jam, Ludum Dare et autres) : Heart Z (2013) ; Karkass (2014) ; Hunt the Yeti (2014) ; Inspecteur Badass (2014) ; Residence Gudul (2015) ; Snow World (2015) ; Fat Kevin (2015) ; Octofoot (2016) ; Lumberjack Jacques and the Ritual of Doom (2016 ; interview par Stars et Pixels) ; Party at the Nightclub (2016) ; Ultimate Tavern Manager (2017) ; Completely Legal Creature Massacre (2018) ; Moon Took my Hat (2018) ; Coloc’Duty (2019) ; Letting-Go (2019)

De l’humain à travers un navigateur, internet et un jeu :

N°7
    • 2012 : Master of the Grid (v1) mais ne se lance pas vraiment sans communauté.
    • 2013 : Death Roulette auprès des streameurs et viewers qui est même cité par twitch.
    • Début 2014 : BombParty qui explose alors que pour lui c’était un petit jeu pour s’amuser.
    • 2014 : Master of the Grid (v2) qui fait parler de lui (cf. illustration n°6)
    • D’autres jeux de la plateforme (image ci-contre): PopSauce ; GuessWhat ; Faily Freezy Challenge
    • Et d’autres jeux open source sur sparklinlabs.itch.io dont Pirates from the future et Snacats qui se jouent à plusieurs ou un Pac-Man.

Élisée Maurer : Développeur de monde intérieur

Élisée est développeur. De jeu vidéo, certes, mais également de sa propre vie quotidienne. Du développement personnel pourrait-on dire. D’une part, il partage son expérience de programmeur jusqu’à le streamer et déposer ses architectures codées en open-source. D’autre part, il partage son expérience d’être vivant, d’être humain, dans ce monde de tous les jours. Il partage son expérience utilisateur27avril.fr – du monde réel. Un certain courage d’autant se livrer, vous ne trouvez pas ?

L’altruiste reprend les faits de son passé pour en faire une histoire, l’architecture de sa propre vie. Construire un ensemble avec l’importance de chaque petite chose est certainement un dénominateur commun qui se détache de tous ses partages. Que ce soit avec ses mains (bricoler une caisse à savon), avec des codes (développer un jeu vidéo) ou avec ses expériences passées (construire une vie). Et à la lecture de ses mots entre spiritualité et philosophie, le programmeur se pose peut-être des questions autour de l’univers entier. Comment l’univers entier s’est bâti à travers toutes ces petites choses ? Tout est-il déjà codé ? Y-a-t-il un but à ce jeu incarné ?

Moi je suis vraiment passionné par l’architecture du logiciel […] Élisée (17min 23s)

Illustration n°8 : profil twitter d’Élisée Maurer datant de Juin 2019

*
Élisée sur les réseaux :

Pour terminer, nous vous partageons une vidéo non-répertoriée qui nous a fait sourire. Ci-dessous, quand Sphax et Noxy (chargé de Projet d’Hytale) envoient des burgers à l’équipe élargie de Sparklin Labs lors d’une game jam :

 

Source
Minecraft.jeuxonline.infoHytalefr.comElisee.sparklinlabs.com
Tags

Cleora

Pourquoi lisez-vous ceci ? Je rédige pour mettre en avant les petits et grands aventuriers et créateurs d'Hytale ; pour en savoir plus en ce qui me concerne, il y a le forum ou mon twitter. Car ce qui nous intéresse à vous et moi, c'est Hytale et ses possibilités, pas moi, n'est-ce pas ?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer